Leçon inaugurale le 16/10 d'Héctor Valdivia, lauréat de la chaire Tocqueville-Fullbright

Par Léa Remaud / Publié le 10 octobre 2018

Lauréat 2018 de la Chaire Tocqueville-Fulbright et accueilli au sein du laboratoire de Signalisation et physiopathologie cardiovasculaire à la Faculté de Pharmacie pour un semestre, le Professeur Héctor Valdivia donnera le 16 octobre 2018 une leçon inaugurale sur l'intérêt thérapeutique de toxines de scorpions dans la prévention des troubles du rythme dépendant du calcium.

Professeur et directeur de l’Université du Wisconsin, Héctor Valdivia est arrivé à la Faculté de Pharmacie en juin dernier ; il reste jusqu’en novembre dans le Laboratoire de Signalisation et de Physiopathologie Cardiovasculaire (UMR-S 1180 Inserm / UPSud) dirigé par le Dr. Ana Maria Goméz.

Le Pr Héctor Valdivia livrera le 16 octobre une leçon inaugurale dont le titre, inspiré d’une citation de Nietsche, est : « That which does not kill us makes us stronger : the hidden salutary effect of scorpion toxins » (1). En effet, les toxines de scorpion sont des outils précieux pour l'isolement et la caractérisation des canaux ioniques du cœur, du muscle squelettique et du système nerveux. Le Pr Valdivia et son équipe ont découvert une nouvelle famille de peptides de scorpion, appelés "calcines", qui ouvrent les récepteurs de la ryanodine du réticulum sarcoplasmique avec une haute affinité, induisant une libération partielle du calcium dans les cellules cardiaques. Lorsqu'elles sont administrées à des animaux porteurs d'une mutation du récepteur de la ryanodine responsable d'arythmies ventriculaires, les calcines préviennent ces arythmies : les calcines se révèlent donc être des molécules d'intérêt thérapeutique dans la prévention des troubles du rythme dépendant du calcium.

Héctor Valdivia est co-directeur du Center for Arrhythmia Research de l’Université du Michigan. En 1990, il obtint son doctorat conjointement à l’UNAM et au Baylor College of Medicine à Houston, Texas. Ses travaux abordaient la purification et la caractérisation des toxines de scorpions dont les effets bloquent les canaux potassium : ce sujet a été le point de départ de son intérêt pour les canaux ioniques dont il n’a cessé d’étudier toutes les caractéristiques. C’est en 1994, que le Pr Valdivia rejoint l’Université du Wisconsin où il développe un programme réputé en physiologie et pharmacologie cardiovasculaire. Il concentre alors ses recherches sur l’homéostasie du calcium intracellulaire et les canaux calcium ainsi que les mécanismes qui conduisent aux arythmies calcium-dépendantes. L’excellence de ses méthodes et son approche pluridisciplinaire (moléculaire, cellulaire et sur animaux intacts) font de lui un expert de renommée internationale dans son domaine. Ses travaux de recherche ont été cités plus de 7000 fois.

Dans le cadre du projet « Les arythmies calcium-dépendantes et le rôle des récepteurs ryanodine dans la physiologie et les maladies cardiaques », le Pr Valdivia a donné une trentaine de cours magistraux et pratiques à des étudiants en master et doctorants entre juin et juillet 2018. En proposant une approche théorique et pratique, les cours ont abordé les aspects généraux et fondamentaux de la fonction cardiaque tels que la genèse d’impulsions électriques, la conversion de signaux électriques en contractions mécaniques et la production de force mécanique. Plus particulièrement, le projet a abordé les mécanismes à l’origine des arythmies calcium-dépendantes au vu des nombreux rôles joués par les ions calcium dans les états normaux et pathologiques du cœur. La pluridisciplinarité de ses travaux fut un excellent prétexte pour aborder différents modèles et mécanismes sur lesquels Héctor Valdivia s’est appuié.

La conférence inaugurale se déroule le mardi 16 octobre 2018 à la Faculté de Pharmacie (leçon donnée en anglais) à 11h en salle EH 25/27). A cette occasion, le directeur de la Commission franco-américaine, M. Roujou de Boubée, présentera la Chaire Tocqueville-Fulbright. Le Pr Étienne Augé, vice-président Recherche & Innovation de l’Université Paris-Sud, et le Pr Marc Pallardy, doyen de la Faculté de Pharmacie, introduiront la leçon.

Note :

1. Ce qui ne vous tue pas vous rend plus fort : l’effet salutaire caché des toxines de scorpions »

A propos de la Chaire Tocqueville-Fulbright
Créée en 2005 par la Commission franco-américaine d’échanges universitaires et culturels, la chaire Tocqueville-Fulbright a pour objectif de renforcer les projets collaboratifs entre la France et les Etats-Unis. Plus particulièrement, cette chaire permet à un large public de s‘informer des méthodes, des derniers développements de la recherche outre – Atlantique et favorise les échanges et la diffusion des connaissances entre les deux nations. Depuis 13 ans d’existence, la chaire Tocqueville-Fulbright a déjà permis à 20 universitaires américains de grand renom de venir partager leurs méthodes et leurs connaissances dans une quinzaine d’Universités françaises pour une durée d’un semestre. La chaire Tocqueville-Fulbright soutient de nombreux projets tout aussi variés les uns que les autres. En effet, que ce soit le droit international ou la civilisation américaine, la géopolitique, la phytopathologie, la virologie, le management de la santé publique, le droit constitutionnel comparé… tous les domaines sont mis à l’honneur

Dernière modification le 10 octobre 2018