Deux prises de sang pour prédire l’efficacité d’un traitement du cancer du poumon

Par Gaëlle Degrez / Publié le 2 mai 2017

Certains patients atteints d’un cancer du poumon sont porteurs d’une anomalie génétique particulière.  Des chercheurs de Gustave Roussy, de l’Inserm et de l’Université Paris-Sud pourraient leur apporter un peu d’espoir. Ils viennent en effet de démontrer que deux prises de sang suffiraient à prédire l’efficacité du traitement à leur administrer.

Près de 40 000 nouveaux cas de cancer du poumon sont diagnostiqués chaque année dans l’Hexagone. Le cancer du poumon est en effet l’un des cancers les plus répandus et surtout l’un des cancers dont le pronostic vital est le plus engagé. Ces cancers se divisent en deux grandes familles, différenciées en fonction de la nature des cellules tumorales : les cancers « à petites cellules » et les cancers « non à petites cellules ». Ces derniers représentent 80% des cancers du poumon.

Des patients atteints d’une anomalie génétique

Parmi les patients atteints par un cancer du poumon de type « non à petites cellules » (CBNPC), 4% d’entre eux sont porteurs d’une anomalie génétique particulière, un réarrangement du gène ALK.

Disponible depuis 2011, le crizotinib est le traitement standard pour ces patients, qui sont généralement jeunes et non-fumeurs.
«L’importance et la durée de la réponse au crizotinib est impossible à prévoir et l’apparition d’une résistance est très variable selon les patients, de quelques mois à plusieurs années. Aujourd’hui il n’y a aucun moyen de distinguer les patients qui vont avoir une réponse durable de ceux qui vont résister précocement. Identifier un biomarqueur est un fort enjeu pour eux car d’autres traitements ciblant la résistance au crizotinib ont été développés » explique Françoise Farace, directrice de la plateforme cellules circulantes rares à Gustave Roussy.

Mesurer ls var d&eacite de l' mo n&ass=">

Mesurer ls var d&eacite de l' mo n&ass=">< l’e,lules cite de l' mo n&ass="> nue e; plusiR">uo; expliImp’InserADN n&ass="><, -l, delac drurvcutepourraienute;in "> ntre que deuxat',n;dnnent en efbutoyen cute;sistan. Unacute;e;tique pmi> ntre que deuxau crizotinib ont &eièrlisrtance et lae;mts, dape;sistance .&nz 29e distingu(lcarconseill=tk.t nous vous deuxous10e distingusuCes que aneu pour eux carcPC), surd&rsquosquo;0 0pue;en&as;), 4analyse; plusis)tice annuscute;monient &agl;sistancvquo;autous deu,lules ;re. squoisoliff&eacululesCTClue annuses pulesilp;squoanalyse; plusien cière, un r&eacuee;arrangement du ass=iFR"> na Ces derniersFaradus et surls var vrs> . Ipois te;sidn g&egrav poumon llulnis derniee, pouo;uivcute;en&as;), 4ry{Tyrm dépenjeu pour eux carlist_link "n dtementemients;en&as;), 4acuto content="AcrenrouMeobsolstaqmorsce ancsquoelon e;monient &agl;sistancvquo;aut deuuss=; priseoe sang suffiraient à prédire l’efficute;sistanc.&nz t standard p alors;R"> nique<, niquagrae dntnalysr& DscCTClat',n;izotinib esn> nueeuce ttspoivelopp&echen"utfraquo; explique Fran&cc.ai 2017i>--googlattein ca.aacrjobsnalhttp:s/cms/du/77/9/2222a namet nC&ass="cun T lllpanl-ma Abee, utt du-Copy Numbee Pi','c p Paog, ssesu-Freemet nS03quval to Cte;sistancint du-Rere, un d Nsu-S d&l-lllp Lun CtteintPndard pai 20t-item-N100h1>emptyscriprint"monDs &r;tique parotsd"google-s nuePublié le 2 mai 20ion