L’espoir d’un poumon artificiel

Par Gaëlle Degrez / Publié le 11 septembre 2015

Baptisé BIO-ART LUNG 2020, ce projet de dispositif médical implantable est porté par une équipe du Centre Chirurgical Marie Lannelongue en collaboration avec les membres du DHU TORINO au premier rang desquels le Centre de Référence de l’Hypertension Pulmonaire Sévère à l’Hôpital Bicêtre (AP-HP). C’est l’un des 4 projets retenus par le Jury International de la première vague de l'appel à projets "Recherche Hospitalo-Universitaire en santé" (R.H.U.).


Enfin une solution pour remplacer les poumons ? © 123rf

Lancé dans le cadre du Programme d'investissements d'avenir et opéré par l'Agence nationale de la recherche (A.N.R.), l'appel à projets "Recherche Hospitalo-Universitaire en santé" (R.H.U.) du programme d'Investissement d'avenir soutient des projets de recherche innovants et de grande ampleur dans le domaine de la santé. Les projets financés permettent de développer les liens entre la recherche fondamentale et les applications (cliniques et industrielles). Le jury international a examiné 29 dossiers sur des critères de qualité scientifique, d’innovation, mais aussi sur leur potentiel en matière de retombées médicales et socio-économiques.

Un appareil portatif pour remplacer les poumons

Parmi les quatre projets retenus, figure le projet BIOART-LUNG 2020 (« lung » pour poumon en anglais) qui a pour objectif d'apporter une réponse thérapeutique innovante dans la prise en charge de l’hypertension pulmonaire au stade de défaillance cardiaque droite terminale pour laquelle la transplantation cardio-pulmonaire est aujourd'hui la seule solution disponible. BIOART-LUNG 2020 propose de développer un dispositif médical implantable utilisant une source d'énergie portable favorisant l'autonomie des patients.

Piloté par le Professeur Olaf Mercier, chirurgien thoracique au centre Marie-Lannelongue(*) en collaboration avec des membres du Département Hospitalo-Universitaire « Thorax Innovation » (DHU TORINO) dirigé par le Professeur Marc Humbert, Professeur à l’Université Paris-Sud, des équipes du CEA, du CNRS et des Industriels, le projet nécessite un investissement de 15 millions d’euros sur cinq ans. Il a obtenu de l’Etat français une aide de 5 millions d’euros, dans le cadre de l’appel à projets Investissements d’avenir.

(*) Le Centre Chirurgical Marie Lannelongue (CCML) est un centre de chirurgie thoracique de réputation mondiale hébergeant des pôles chirurgicaux d’excellence, une banque de tissus, un laboratoire de chirurgie expérimentale et une unité mixte de recherche dédiée en collaboration avec l’Inserm, l’AP-HP et l’Université Paris-Sud

Contacts : Olaf Mercier – Centre Chirurgical Lannelongue

Dernière modification le 11 septembre 2015