Mission Rosetta : Philae a rendez-vous avec sa comète aujourd'hui!

Par Gaëlle Degrez / Publié le 12 novembre 2014

Aujourd'hui, mercredi 12 novembre la sonde Rosetta va toucher au but et envoyer  le petit robot Philae sur la comète 67/P Churyumov-Gerasimenko. L’Institut d’Astrophysique Spatial (IAS – CNRS/UPsud) qui est associé depuis l’origine à cette mission, propose de suivre en direct cet événement sans précédent.


Illustration de l'atterrisseur Philae en approche de la comète Churyumov-Gerasimenko. © CNES / Ducros David / ESA/Rosetta/ MPS for Osiris Team

A 510 millions de kilomètres de la Terre, mercredi 12 novembre vers 9h35, la sonde spatiale Rosetta va larguer le petit robot atterrisseur Philae, qu’elle transporte depuis 2004. Ce largage est programmé à 8h35 UTC, 9h35 heure de Paris. Le délai de communication entre Rosetta et la Terre étant d’un peu plus de 28 min, la communauté devra retenir son souffle jusqu'à 9h03 UTC, 10h03 heure de Paris pour recevoir le signal de confirmation. Il faudra ensuite encore patienter près de sept heures avant de savoir si Philae qui va emprunter une trajectoire en chute libre longue d'une vingtaine de km, va réussir à se poser sans dommage sur la comète.

A l’occasion de cet événement exceptionnel et unique, l’Institut d'Astrophysique Spatiale accueillera le public pour assister à la retransmission en direct de l’atterrissage du module Philae.
Mercredi 12 novembre 2014 de 16h00 à 19h00
Amphi H3 et H4
bâtiment 333
Orsay, Université Paris-Sud

Suivez l'IAS sur Twitter : @IASorsay

 

Gros plans sur la comète


Selfie pris par l'une des caméras CIVA de Philae, alors que Rosetta se situait à 16 km de la comète. © CNES / ESA/Rosetta/Philae/CIVA 2014
Les comètes sont des des noyaux de matière gelée, dont les matériaux constitutifs n’ont pratiquement pas subi de transformation depuis leur inclusion dans le noyau cométaire. Ils

représentent ainsi la matière originelle à partir de laquelle se sont formés les objets du système solaire, dont la Terre, il y a environ 4,6 milliards d’années et leur analyse fournit donc de précieux renseignement sur nos origines. Mission phare de l’Agence spatiale européenne, Rosetta est la première sonde de l'histoire à être installée en orbite autour d’une comète et à y poser un atterrisseur. Décidée en 1993, la mission a été lancée le 3 mars 2004 et a atteint son objectif la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko, depuis le mois d'août dernier. Afin d’étudier le noyau de la comète, ainsi que le gaz et la poussière éjectés par le noyau lorsque la comète s’approche du Soleil, Rosetta emporte une suite de onze instruments à bord de l’orbiteur ainsi que l' atterrisseur, Philae, équipé de dix instruments supplémentaires qui réaliseront des mesures en surface. Les instruments ont été fournis grâce à une collaboration entre les instituts scientifiques des États membres de l’ESA et des USA. Des responsables des différents pays, européens et américains, dirigent les collaborations financées par les pays.

L'Institut d'Astrophysique Spatiale (IAS – CNRS/UPSud) au coeur de la mission Rosetta

Jean-Pierre Bibring (IAS – CNRS/UPSud) est le responsable scientifique de Philae. Les caméras CIVA (Comet Infrared and Visible Analyser) ont été développées sous la responsabilité de l’IAS, en collaboration avec le Laboratoire d'Astrophysique de Marseille. Elles ont été conçues pour réaliser un panorama complet (incluant une vue stéréoscopique) une fois Philae posé, ainsi que des images microscopiques (visibles et infrarouges) du matériau cométaire. L’IAS a aussi une contribution importante (co-PI) sur l’instrument COSIMA (Cometary Secondary Ion Mass Analyzer) de Philae, en particulier COSISCOPE (microscope optique pour caractérisation des cibles), développé par le Max Planck MPS avec le LPC2E. Enfin, l’IAS a étalonné l’instrument VIRTIS (Visible and Infrared Thermal Imaging Spectrometer sur Rosetta), développé sous responsabilité italienne.

Dernière modification le 12 novembre 2014