L'Université Paris-Sud réunit ses alumni internationaux

Par Sabine Ferrier / Publié le 24 octobre 2018

Le samedi 6 octobre 2018, l’Université Paris-Sud a réuni ses diplômés internationaux à l’occasion d’un Tea Time organisé sur le campus d’Orsay.

Un Tea Time inaugural

Bien que des réseaux alumni existent au niveau des formations, le Tea Time a permis d’inaugurer le réseau alumni à l’échelle de l’Université Paris-Sud.

De nombreux anciens diplômés ont répondu présents pour ce moment de convivialité. Certains sont venus accompagnés par leur conjoint et/ou leurs enfants.

La rencontre qui  a commencé en début d’après-midi autour d’un esprit « tea time », « thé / café & pâtisseries », avec des alumni venus entre amis, heureux de se retrouver ou de faire connaissance a permis de réunir de nombreuses nationalités reflets de la diversité de l’Université et de son rayonnement à l’international : la Chine, les Philippines, la Russie, l’Ukraine, le Maroc, l’Algérie, le Liban, le Pakistan, le Brésil, Cuba, le Cameroun, la Cote d'Ivoire, l’Ile Maurice, la Turquie, le Vietnam, le Cambodge, l’Inde, le Ghana ou encore la Pologne étaient en effet représentés.

La Présidente de l’Université Paris-Sud présente pour accueillir les alumni

La Présidente de l’Université Paris-Sud, Sylvie Retailleau, était présente aux côtés de Sandrine Lacombe, vice-présidente des Relations Internationales, de Pascal Corbel, vice-président des Relations Entreprises de la formation tout au long de la vie et de l’équipe de la direction de l’Orientation Professionnelle et des Relations Entreprises qui intègre un Pôle Alumni et qui organisait l’évènement.

Sylvie Retailleau et Sandrine Lacombe dans leurs discours respectifs ont rappelé la force d’un réseau alumni à l'échelle de l’Université Paris-Sud avec un rôle particulier des diplômés internationaux souvent plus sensibilisés à la culture « alumni » notamment universitaire, reflets de l’attractivité internationale de l’Université et disposés plus aisément à faire rayonner l’Université dans le monde.

Touchée de retrouver certains de ses anciens étudiants, Sylvie Retailleau a évoqué « les liens entre l’Université et ses diplômés qui doivent être maintenus ». Il n’y a rien de plus galvanisant pour une Université, dont un des cœurs de métier est la formation, de voir ses anciens étudiants grandir professionnellement. « Vous êtes notre fierté » a-t-elle déclaré. Au-delà de la formation, l’Université par ses activités de recherche est aussi émettrice de contenus scientifiques à haute valeur ajoutée qu’elle a plaisir à partager avec sa communauté, les alumni inclus, que ce soit au travers d’évènements grand public comme la Fête de la Science ou les Journées Européennes du Patrimoine ou d’évènements davantage « experts », colloques et conférences en tête. Enfin Sylvie Retailleau a rappelé l’importance d’être toujours un « apprenant » notamment grâce à la formation continue qui peut accompagner la validation d’une nouvelle compétence ou encore un changement de carrière.

Le Tea Time inaugurait la naissance d’une communauté, en démarrant avec les diplômés internationaux, mais qui a bien entendu vocation à rassembler l’ensemble des diplômés et à être en lien direct avec les étudiants actuels. L’objectif est de permettre à chacun selon les étapes de sa carrière : de s’orienter et de s’insérer professionnellement, d’évoluer dans son poste, de disposer d’un réseau international pluridisciplinaire, ou encore de pouvoir bénéficier d’une formation continue adéquate.
Il s’agit aussi de maintenir les liens d’une communauté qui partage une expérience universitaire à Paris-Sud, autrement dit une histoire, des valeurs, des souvenirs et un sentiment d’appartenance qui doit être propice à l’entraide professionnelle. « Plus l’Université Paris-Sud rayonne et plus votre parcours rayonne » a conclu Sylvie Retailleau.


Ils étaient présents au Tea Time : portraits

Anna ZHARKOVA, SERP + Master Erasmus Mundus Chimie, Physique et Science des matériaux (2012-2014), aujourd’hui responsable de développement chez Valeo CarLab. Originaire d’Ukraine.

Comment avez-vous connu l’Université Paris-Sud ?

En Ukraine, j’ai eu l’occasion de connaitre l’Université Paris-Sud grâce au programme SERP + Master Erasmus Mundus Chimie, Physique et Science des matériaux (2012-2014). J’ai donc rejoint Paris-Sud à l’occasion de mon troisième semestre, afin de me concentrer sur les nanosciences, la spectroscopie et l'application des rayonnements en médecine.

Que faites-vous aujourd’hui ?

Aujourd’hui, je travaille dans l’industrie automobile chez Valeo au sein du service Performance Innovation. Je suis responsable du développement du laboratoire d’innovation de Valeo : le Car Lab. Cette unité apporte une nouvelle méthodologie de résolution de problèmes et une approche ouverte de l'innovation en se centrant sur les usages. Mon travail consiste à étudier les besoins des utilisateurs finaux par des études terrain notamment et à y répondre avec des équipes multidisciplinaires (ingénierie, marketing, sciences humaines) via une approche design thinking qui permet le prototypage de nouveaux produits et services. 

Vos coups de cœur en France ?

Pour moi la France c’est la culture et l’art, je suis très admirative de la période impressionniste, j’avais envie de découvrir le pays où était né ce mouvement.

Votre meilleur souvenir à Paris-Sud ?

Beaucoup de bons souvenirs ! Après le campus est magnifique à l’automne avec les arbres de toutes les couleurs. J’ai beaucoup apprécié la médiation scientifique avec l’opportunité de rencontrer de nombreux professeurs qui développent des approches très diverses de la science.

Votre avis sur le Tea Time ?

Je pense que c’est une excellente initiative et j’apprécierais que l’on se retrouve plus souvent. J’ai précédemment étudié à Stanford aux Etats-Unis où il y a une culture alumni forte que j’aimerais aussi retrouver à Paris-Sud.

Qu'attendez-vous du réseau des diplômés ?

Le réseau des diplômés peut servir les différentes étapes d’une vie professionnelle. J’attends une bonne organisation comme celle du Tea Time pour que chacun soit motivé par la perspective de nous rejoindre !

 

Mingze NI, Master 2 Ingénierie de l’information, de la communication et des interactions (2012-2014), aujourd’hui consultant senior et project manager chez IBM. Originaire de Chine (province du Xi’an).

Comment avez-vous connu l’Université Paris-Sud ?

C’est grâce à un partenariat entre l’Université Paris-Sud et l’Université de Xidian qui a donné lieu à un échange que je suis venu étudier en France avec 20 autres étudiants. J’ai choisi de me spécialiser en informatique avec la dernière année de « bachelor » que l’on appelle Licence 3 en France puis avec un Master 1 & 2 en ingénierie de l’information, de la communication et des interactions.

Que faites-vous aujourd’hui ?

Aujourd’hui, j’ai rejoint IBM. Pendant 2 ans, j’ai été consultant prestataire CRM (Customer Relationship Management) pour BNP Paribas. Fin 2015, j’ai rejoint le service Watson autrement dit le programme informatique intelligence artificielle d’IBM, très connu grâce à l’émission télévisée « Jeopardy » où s’affrontaient hommes et machines dans un jeu de questions – réponses. Watson était très souvent plus rapide et plus pertinent. Ce programme existe toujours, il a beaucoup évolué bien sûr et j’étais en charge de sa commercialisation. Aujourd’hui je suis consultant senior et project manager, j’accompagne les entreprises du CAC40 dans leur transformation digitale avec un accent sur le cognitif. 

Vos coups de cœur en France ?

C’est sans doute la diversité notamment des profils en entreprise et particulièrement chez IBM. Les équipes sont internationales et mixtes. Après, j’aime beaucoup la langue française. En Chine, j’avais terminé sur la 2ème place du podium lors d’un concours de chansons françaises.

Votre meilleur souvenir à Paris-Sud ?

J’en ai plein ! Le premier est sans doute tous les amis que j’ai pu me faire à Paris-Sud. Le second est le dojo-club de l’université avec le SUAPS (Service des Activités Physiques et Sportives) où j’ai adoré pratiquer le judo et où j’ai des souvenirs vraiment mémorables. Et puis bien sûr les espaces verts car le campus est magnifique et j’adorais marcher dans les sous-bois entre ma résidence universitaire à Orsay et mon lieu de cours, c’était à chaque fois une marche matinale très agréable.

Votre avis sur le Tea Time ?

Je dois reconnaitre que j’ai été agréablement surpris par le Tea Time car de manière générale en France, les universités n’ont pas forcément une culture et un budget « alumni ». Je vous remercie vraiment pour cette initiative, il faut poursuivre cette dynamique car c’est un très bon moyen de donner du sens à son parcours de formation, l’attachement à l’université étant d’autant plus grand. Et puis pour ceux qui sont en difficulté, le réseau peut être vecteur de solidarité.

Qu'attendez-vous du réseau des diplômés ?

J’aimerais beaucoup que vous nous proposiez des interventions, façon « keynote », d’alumni qui peuvent inspirer le réseau. J’aurais grand plaisir à venir écouter Jérôme Pesenti par exemple car il a travaillé précédemment sur le programme Watson de IBM, il est désormais chez Facebook toujours dans le domaine de l’intelligence artificielle et il est aussi diplômé de Paris-Sud ! Chacune de ses prises de paroles est toujours très intéressante.

Vous aussi, vous souhaitez rejoindre le réseau des diplômés de Paris-Sud :
https://www.u-psud.fr/fr/espace-etudiants/reseau-des-parisudiens.html

Pour toute information, contactez-nous : alumni.parisudien @ u-psud.fr ou 01.69.15.33.29

Dernière modification le 25 octobre 2018