Signature d'un accord de coopération avec l’Institut Coréen des Technologies Électroniques

Par Gaëlle Degrez / Publié le 7 juin 2016

Jeudi 2 juin 2016, l’Université Paris-Sud représentée par sa Présidente Sylvie Retailleau a signé un accord de coopération avec l’un des principaux organismes de recherche coréen, le KETI (Korea Electronics Technology Institute).


La présidente de l'Université Paris-Sud, Sylvie Retailleau, en présence du Président du KETI (Korea Electronics Technology Institute), Park Chungwon. © DR

Depuis le mois de septembre dernier, la France et la Corée célèbrent le 130ème anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre les deux pays, l'occasion pour les deux pays d’intensifier leurs relations et de renforcer leurs coopérations. Une série de rencontres et de manifestations ont été programmées dans ce cadre.

Ainsi le 2 juin dernier se tenait le Forum économique France-Corée organisé conjointement par le Mouvement des Entreprises de France (MEDEF) et la Federation of Korean Industries (FKI). Des représentants du monde économique, industriel et de la recherche des deux pays étaient invités à échanger et débattre autour des différentes opportunités de collaborations.

Une délégation de l’Université Paris-Sud était invitée et a, à cette occasion, signé un accord-cadre de coopération avec le KETI  (Korea Electronics Technology Institute).

Paris-Sud en pointe sur les systèmes autonomes en énergie

« Le KETI est un institut spécialisé dans le transfert technologique de pointe vers les petites et moyennes entreprises. Parmi les nouvelles thématiques qu'il souhaite développer, figure celle de l’alimentation en énergie de systèmes autonomes. Il s'agit de systèmes qui ne peuvent ni être reliés à une batterie, ni connectés à un réseau. Prenons l'exemple d'implants médicaux, ou encore de capteurs dans des serres, dans des immeubles intelligents... Une des pistes que nous développons dans notre équipe consiste à utiliser des ressources énergétiques naturelles, liées par aux mouvements et aux vibrations, à la chaleur ou encore à la lumière.» explique Elie Lefeuvre, enseignant-chercheur à l’Université Paris-Sud, spécialiste des technologies émergentes en électronique au sein de l'Institut d'Électronique Fondamentale - IEF (UPSud/CNRS) devenu C2N depuis le 1er juin 2016 (encadré). C'est un domaine extrêmement fécond qui a des applications dans de nombreux domaines industriels, dans le bâtiment intelligent, dans le domaine médical.

Cherchant à identifier les équipes de recherche les plus en pointe sur le sujet, le Professeur You, coordinateur du programme dédié au sein de KETI a alors mené une analyse bibliographique internationale. Et l'Université Paris-Sud peut s’enorgueillir d'être l'un des deux établissements avec Virginia Tech (Université  Fédérale de Virginie - US) à avoir été identifié comme les plus avancés dans ce domaine au niveau international. Résultat, une collaboration engagée depuis octobre 2015 qui a déjà porté ses fruits avec la publication de plusieurs articles avec et, à la clé, le dépôt en vue d'un premier brevet.

La signature, le 2 juin, du Memorandum of Understanding, un accord-cadre qui définit les modalités d'une collaboration étroite pendant trois ans est la concrétisation de ce partenariat scientifique. 

Une formidable opportunité scientifique

A travers cet accord, les deux établissements s'engagent à favoriser les transferts de connaissances  dans les domaines de la performance énergétique (smart energy) voire plus globalement dans les technologies de l'information et des communications. Les deux partenaires entendent notamment promouvoir les échanges institutionnels tels que des invitations de chercheurs, la création de Post docs, l'organisation conjointe de conférences ou séminaires. Outre l'intérêt financier, puisque le KETI s'engage à apporter 340 k€ pour la durée de l'accord, Elie Lefeuvre y voit surtout une formidable opportunité scientifique : "nous enrichissons notre expertise en travaillant sur les cas d'études qui nous sont posés en tentant d'apporter des solutions techniques viables. Cela nourrit les aspects plus amont en science des matériaux ou en modélisation. C'est un très bon équilibre entre leurs besoins applicatifs et nos besoins plus fondamentaux".

Et Elie Lefeuvre ainsi que l'ensemble de la délégation de l'Université Paris-Sud (1) présente au Forum économique a pu éprouver une légitime fierté. Dans son discours inaugural, la Présidente de la République de Corée a salué l'intérêt d'allier l'excellence française en recherche fondamentale et l'excellence coréenne en recherche appliquée en mentionnant explicitement l'Université Paris-Sud et l'exemple de l'accord signé avec le KETI. Les deux délégations ont poursuivi la journée par un déjeuner sur le campus d'Orsay de l'Université Paris-Sud, Les deux délégations ont poursuivi la journée par un déjeuner sur le campus d'Orsay de l'Université Paris-Sud, non loin des installations scientifiques de l'IEF (C2N), et ont présenté leurs établissements afin d'élargir leurs collaborations en recherche mais aussi en formation.

Notes

1. La délégation était composée de : Sylvie Retailleau, Présidente de l'Université Paris-Sud, Sandrine Lacombe, pressentie pour être vice-Présidente des Relations Internationales dans la nouvelle équipe présidentielle, Etienne Auge, vice-Président Recherche, Christine Paulin, Doyenne de la Faculté des Sciences, Giancarlo Faini, directeur du C2N, Pierre-Yves Joubert, directeur adjoint du C2N et Professeur à l'Université Paris-Sud, Elie Lefeuvre, Professeur à l'Université Paris-Sud, Seonho Seok, chercheur CNRS à l' IEF - C2N et de Michaël Dubow, Professeur à l'Université Paris-Sud et chargé de mission à la Direction des Relations Internationales.

IEF - C2N
Le Centre de Nanosciences et de Nanotechnologies (C2N) est une Unité Mixte de Recherche entre l'Université Paris-Sud et le CNRS créée le 1er juin 2016. Il résulte du rapprochement entre deux laboratoires : l'Institut d'Électronique Fondamentale -IEF (UPSud/CNRS) et le Laboratoire de Photonique et de Nanostructures -LPN (CNRS). A l'horizon fin 2017, l'ensemble des équipes sera regroupée dans un nouveau bâtiment sur le Plateau de Saclay.

Dernière modification le 7 juin 2016