Ils ont choisi la voie de la VAE

Par Anaïs Vergnolle / Publié le 18 décembre 2014

Depuis 2002, le dispositif VAE se développe régulièrement à l’Université Paris-Sud. Des événements tels que la remise des diplômes VAE sont donc importants pour mettre en valeur la réussite des candidats, la diversité de leurs profils et de leurs parcours.


Les diplômés VAE de l'UFR Sciences. © DR

Le mardi 16 décembre 2014, l’UFR Sciences organisait à 18h sa deuxième cérémonie de remise des diplômes obtenus par la VAE (Validation des Acquis de l'Expérience). Sylvie Retailleau, Doyen de l’UFR Sciences, a remis aux candidats leurs diplômes en présence des enseignants et des représentants du service de Formation continue et VAE de l'Université Paris-Sud. Plusieurs entreprises dans lesquelles certains diplômés sont salariés étaient également présentes.

Le vendredi 7 novembre 2014 à Sceaux, ce sont les lauréats de la Licence de Droit par Validation des Acquis de l’UFR Droit Economie Gestion qui ont reçu leurs diplômes.

Reconnaitre l’expérience professionnelle

La Validation des Acquis de l'Expérience, créée en 2002 par la loi de Modernisation sociale, permet à toute personne d'obtenir tout ou partie d'un diplôme par la reconnaissance des compétences et des connaissances acquises lors de son activité professionnelle et/ou extra-professionnelle.
C’est un droit ouvert à tous : toute personne, quelque soit son âge, sa nationalité, son statut face à l’emploi, qu’elle possède ou non un (ou des) diplôme(s) peut postuler, si elle justifie de 3 années (équivalent temps plein) d’expériences professionnelles et/ou extra professionnelles en adéquation avec le contenu du diplôme visé.

Afin d’obtenir le diplôme, le candidat devra démontrer que ses compétences professionnelles sont bien en adéquation avec le diplôme visé. Pour cela, il devra rédiger un dossier « rapport de preuves » et s’entretenir avec un jury de VAE composé d’enseignants et de professionnels. A l'issue de cet entretien, le candidat obtiendra ou non tout ou partie du diplôme.

Favoriser le rapprochement entre formations universitaires et qualifications professionnelles

Avant la VAE, il existait à l’Université Paris-Sud d'autres dispositifs de validation d'acquis. L'existence de services de VA est donc ancienne et en 2002, la VAE a été intégrée au dispositif de l'activité de validation d'acquis existant. Aujourd’hui, il existe une cellule VAE dans chacune des composantes de l’université.

Afin de répondre au mieux aux attentes des candidats, des entreprises et de la société, l’université propose une offre variée de cursus diplômants ouverts à la VAE.

Chaque année, près de 150 candidats entreprennent cette démarche en vue d’obtenir un diplôme de l’Université Paris-Sud ou d’accéder à une formation sans les pré-requis. Les profils des postulants sont très différents puisqu’ils peuvent être salariés, non-salariés, demandeurs d’emploi ou encore bénévoles. Le nombre de candidats présentés en jury varie ensuite entre 40 et 50 selon les années. Le taux moyen de validation totale est de plus de 90%.

La démarche de VAE peut être financée à titre individuel ou faire l’objet d’une prise en charge financière par les organismes et institutions participant au financement de la formation professionnelle continue : Etat, Région, entreprises, organismes qui collectent et gèrent les obligations financières des entreprises au titre du plan de formation et/ou du congé individuel de formation (Opca, Opacif).

Accompagner au mieux les candidats

L’Université Paris-Sud propose un parcours individualisé et assure un suivi des candidats à la VAE. Les différents services VAE réalisent un travail important d’accompagnement sous forme d’entretiens individuels et/ou ateliers collectifs, de suivi des dossiers et d’organisation des jurys.
Cet accompagnement se décline en deux parties : un accompagnement méthodologique et un accompagnement disciplinaire par le responsable du diplôme ou un enseignant de la formation visée.

Pour plus d’informations :
Service commun de Formation Continue, VAE et Alternance
validation.acquis @ u-psud.fr
Maison des études - Bâtiment 311
www.u-psud.fr/fr/formations/vae.html

Dernière modification le 18 décembre 2014

Le témoignage d'une diplômée

Camille Hassan, technicienne dans un institut de biologie synthétique et diplômée de la Licence professionnelle Biotechnologies de l’Université Paris-Sud, nous révèle ses motivations et son ressenti face à son parcours VAE.

Pour quelles raisons avez-vous engagé une démarche de VAE ?

Titulaire d’un BTS de Biochimie, je réfléchissais depuis quelques années à passer une VAE pour obtenir un diplôme supérieur. Lorsque j’ai été embauchée dans un institut privé de biologie synthétique, je me suis rendue compte que les autres techniciens de mon unité avaient tous un niveau Licence. Ne sachant pas combien de temps mon travail allait durer, j’ai compris que si je me retrouvais sur le marché du travail, il fallait que je sois au même niveau que les autres. C’est pour cette raison que j’ai souhaité obtenir une licence via une VAE.

Pourquoi avoir choisi l’Université Paris-Sud ?

Je me suis renseignée sur les formations proposées dans différentes universités et j’ai tout de suite été intéressée par la Licence Biotechnologies de l’Université Paris-Sud. D’abord parce que c’est une université qui a une bonne réputation et que ce diplôme correspondait bien à mon secteur professionnel. Ensuite parce que ce n’était pas trop loin de mon lieu de résidence.

Comment s’est déroulé votre parcours jusqu’à l’obtention de ce diplôme ?

Je me suis inscrite en juillet 2013, lors d’un rendez-vous avec l’antenne VAE de Paris. La première réunion à l’Université Paris-Sud s’est déroulée en février 2014. La rédaction du dossier a commencé à ce moment là. Jai passé mon oral devant le jury le 30 septembre 2014. Cela représente donc un travail de 7 mois. Une partie de ma VAE a été financée par le DIF (Droit Individuel à la Formation) et l’autre partie par mon entreprise.

Tout au long de ce parcours, j’ai été suivie scientifiquement par ma responsable dans l’entreprise, qui est chercheur au Genoscope, et ma référente à l’université Sylviane Liotenberg. J’ai également été encadrée et accompagnée dans la rédaction de mon dossier par les personnes du service VAE de l’université. Ce sont elles qui ont su me « rebooster » lorsque j’avais envie de baisser les bras. La VAE est une démarche lourde, fatigante et parfois, on se dit qu’on n’y arrivera jamais. J’ai un travail, une vie de famille, il faut donc être motivé pour travailler en plus chaque soir sur son dossier et ses entretiens. Honnêtement, sans tous ces gens, je ne serais pas là aujourd’hui pour recevoir mon diplôme.

Que ressentez-vous maintenant que vous êtes diplômée ?

C’est un sentiment très différent de mon BTS. Obtenir ce diplôme est particulièrement valorisant, peut être plus encore que si j’avais suivi des cours et ressorti mes connaissances lors d’un examen. C’est avant tout une reconnaissance de mes compétences professionnelles. On ne se rend pas compte de ce qu’on acquiert quand on travaille au quotidien. Cette VAE m’a permis de prendre du recul et de comprendre des choses sur mon activité professionnelle. Le travail personnel que j’ai du apporter m’a également beaucoup appris sur moi-même, sans doute plus que si j’étais retournée à l’école. C’est une démarche dure et éprouvante, mais si on est motivé, on y gagne énormément sur les plans professionnel et personnel.

Dernière modification le 18 décembre 2014