Des étudiants de Paris-Sud obtiennent la médaille d'or à l'iGEM

Par Gaëlle Degrez / Publié le 8 décembre 2014

L’iGEM est une compétition internationale de biologie synthétique fondée par le M.I.T et regroupant chaque année des milliers d’étudiants à travers le monde. Cette année, 20 étudiants de la L1 au M1 provenant de diverses composantes de l’université Paris-Sud y ont défendu un projet original. Mêler l’art et la biologie, l’expérimentation scientifique et la réflexion éthique,  tel est le défi qu’ils ont brillamment relevé et qui leur a permis de remporter une médaille d’or.


Les expériences en laboratoire ont été développées pendant l'été. Sur la photo Romain Sanson, étudiant en chimie, étudie un protocole. © IGEM Paris-Saclay / UPSud

Largement inspirée du développement de l’électronique, la biologie synthétique permet de synthétiser et d’assembler des éléments génétiques basiques, appelés BioBriques, en circuits plus complexes. En introduisant un de ces circuits dans un organisme vivant, une « machine biologique » capable d’effectuer une fonction précise sera obtenue. La machine ainsi conçue pourra par exemple dégrader un polluant, produire une molécule ou même de la lumière. La limite est notre imagination.

Créé par le M.I.T, le concours iGEM met à la disposition de ses participants un « kit » de BioBriques avec lequel ils pourront exprimer leur esprit scientifique à travers la réalisation d’un projet innovant. L’aventure scientifique débute pour chaque équipe par la définition d’un projet qui les placera dans une des catégories que propose l’iGEM : Énergie, Environnement, Alimentation, Avancée fondamentale, Santé ou encore Art et Design…. Remplacer les pesticides par des phéromones, filtrer le mercure de l’eau ou encore éclairer les rues sans électricité…,en 10 ans, des projets tous plus originaux les uns que les autres ont été menés et présentés.

9 mois de travail

Comment s’élaborent de tels projets? La recette est simple mais les ingrédients très recherchés : des étudiants de niveaux et de domaines différents, des encadrants compétents et une bonne dose d’imagination et de motivation. Le temps de préparation est d’environ 9 mois dont 2 mois de sensibilisation et de recrutement des étudiants, 1 week-end de brainstorming, 1 mois de bibliographie, 3 mois d’expérience au laboratoire et enfin 2 mois pour préparer la présentation finale du projet. Le choix de ce projet est un pas déterminant dans l’aventure iGEM et s’effectue donc après études et débats des différentes idées proposées.

Cette année, les discussions ont convergé vers des questionnements portant sur les éventuelles limites de la biologie synthétique. Autrement dit, pouvons-nous modifier des organismes vivant à notre guise ? Et si oui, ces organismes sont-ils toujours vivants ou ne sont-ils plus que des machines ? En somme, notre représentation du vivant risque-t-elle d’être modifiée par l’émergence de cette nouvelle discipline qu’est la biologie de synthèse ?

« Ceci n’est pas un citron »

Afin d’aborder ces questions et de toucher un grand public, l’équipe iGEM Paris-Saclay a décidé d’utiliser les outils de la biologie synthétique mêlés à une approche artistique en réalisant une œuvre de « BioArt ». Les étudiants ont choisi de modifier une souche bactérienne, couramment utilisée dans le monde scientifique, pour concevoir une œuvre sentant le citron, murissant comme un citron et ayant l’aspect d’un citron mais « Ceci n’est pas un citron ». Le but de l’œuvre est de mettre en évidence le décalage qu’il peut exister entre un objet et sa représentation, entre un organisme naturel et ce même organisme, mais génétiquement modifié. A la manière de Magritte et sa pipe, ce citron joue sur la trahison des images dans un monde où l’apparence est parfois plus importante que l’essence de l’objet en lui-même.


Pour les 10 ans du concours, un seul grand rassemblement a été organisé pour cette session. La rencontre a eu lieu à Boston du 30 octobre au 3 novembre 2014, 2300 étudiants, chercheurs, ingénieurs et journalistes se sont ainsi retrouvés à Boston. © IGEM Paris-Saclay / UPSud

Expériences scientifiques et réflexions éthiques

Ces étudiants ont pour la plupart volontairement sacrifié leur été pour s’investir dans la réalisation de ce projet dont une majeure partie s’est effectuée dans les laboratoires de l’Institut de Génétique et Microbiologie (IGM-UPSud/CNRS). Ils se sont réunis chaque jour pour participer aux expériences scientifiques et ont ainsi construit un cadre propice à l’entre-aide et l’apprentissage dans lequel biologistes, informaticiens, chimistes et mathématiciens ont parfaitement cohabité et échangé.

Au-delà de l’aspect technique et scientifique du projet, ces étudiants ont accompagné leurs travaux d’une réflexion éthique primordiale dans un tel projet. En interagissant avec le public, ils ont ouvert le débat et incité à une réflexion sur la biologie synthétique. Ils ont notamment participé à des évènements sur le campus d’Orsay comme la Fête de la science et le festival Curiositas pour l’art et la science. Leur démarche ne s’est pas arrêtée là puisqu’ils sont allés à la rencontre du public en conduisant des sondages et en organisant notamment la réunion des 7 équipes françaises participantes à la faculté des sciences de l’Université Paris-Sud, le temps d’un week-end. De plus, ils ont eu l’occasion d’interviewer des professionnels dans les domaines de l’éthique, de l’art, de la biologie ou encore de la sociologie afin de recueillir leurs opinions sur leur projet. L’ensemble de ce qu’ils ont réalisé a été consigné sur un site internet à l’adresse : http://2014.igem.org/Team:Paris_Saclay.

La finalité de tous les projets menés à terme est le Jamboree, le grand rassemblement, où chaque équipe expose à la communauté iGEM ses travaux. Une expérience humaine très valorisante pour l’équipe puisque leur travail fut récompensé par une médaille d’or ainsi que par l’intérêt des nombreuses personnes rencontrées. Cela étant, le projet de l’équipe 2014 se poursuit à travers des sollicitations d’ordre médiatiques ou évènementielles. Certains étudiants seront notamment présents le 10 décembre au meeting du projet européen Synernergene au Proto204. La première réunion pour le recrutement des étudiants de l’équipe Paris-Saclay 2015 s’est déroulée le 8 décembre. Avis aux amateurs !

Fabio Maschi & Maher Ben Khaled

Dernière modification le 10 décembre 2014