Une belle cérémonie pour la restauration de l’Apollon de Paul Belmondo

Par Gaëlle Degrez / Publié le 29 mars 2019

Il régnait une effervescence inhabituelle ce jeudi 28 mars sur le campus d’Orsay. Sous un beau soleil de printemps, l’Université accueillait en effet la star du cinéma Jean-Paul Belmondo entouré de sa sœur Muriel et de son frère Alain, pour assister à l’inauguration de la restauration de l’Apollon, une œuvre de leur père, le sculpteur Paul Belmondo.


La famille de l'artiste était présente : Jean-Paul Belmondo, accompagné de sa soeur Muriel et de son frère Alain. © M. LECOMPT / UPSUD

On le sait peu mais les établissements publics ont l’obligation depuis une loi de 1951 d’investir un pour cent du coût d’une construction d’un bâtiment dans l’acquisition d’une œuvre d’un créateur vivant, dans le but de rapprocher le public des arts plastiques et d’encourager la pratique artistique. L’Université Paris-Sud est ainsi l’heureuse propriétaire de 17 œuvres installées sur ses différents campus d’Orsay-Bures, Sceaux, Cachan et Kremlin-Bicêtre. Elle s’est récemment engagée dans un programme de restauration de ce patrimoine culturel et artistique. 

Installée au cœur du campus de la Faculté des Sciences d’Orsay, adossée à l’un des bâtiments d’enseignement, l’Apollon du sculpteur Paul Belmondo (1898-1982) est une des premières de ces œuvres à avoir retrouvé son lustre d’origine au terme de mois de travail confiés à la restauratrice Juliette Fayein.


L'acteur Charles Gérard et l’actrice Pascale Petit, étaient venus assister à cette cérémonie. © UPSUD

C’est pour célébrer l’achèvement de cette restauration, que l’Université avait organisé une cérémonie à laquelle était conviée la famille de l’artiste, en l’occurrence ses trois enfants Muriel, Alain et Jean-Paul Belmondo. Sous les yeux d’une foule nombreuse et joyeuse mêlant représentants, personnels et étudiants, Alain Sarfati, Président de l’Université Paris-Sud a rappelé le parcours du grand artiste que fut Paul Belmondo avant de dévoiler l’œuvre magnifiée par une fresque réalisée par l’artiste Jean-Baptiste Muziotti (plus connu sous son nom d’artiste "Jonbuzz") sur le mur sur lequel elle est adossée.

La cérémonie s’est ensuite poursuivie à la Maison des Paris-Sudiens, avec quelques prises de paroles. Christine Paulin, doyenne de la Faculté des Sciences d’Orsay s’est ainsi réjouie que près de neuf mille étudiants soient ainsi en contact direct avec cette œuvre monumentale représentative du style néo-classique du 20ème siècle. Antoine Latreille, Vice-Président campus, patrimoine et développement durable a rappelé la démarche engagée par Paris-Sud pour la restauration de son patrimoine artistique, qui est une fierté de l’Université. Prenant à son tour la parole, Hervé Dole, Vice-Président Médiation scientifique, art, culture, société a montré en quoi, à rebours des préjugés communément admis, les artistes et les scientifiques avaient de nombreux points communs, qu’il s’agisse de leur créativité, de leur curiosité, de leur liberté de réflexion et d’action. Enfin Patrice Godard, Responsable du service de valorisation à la Direction du Patrimoine de l’Université qui a été l’instigateur principal de cette restauration en a dévoilé les coulisses. Le mot de la fin est revenu à Emmanuel Bréon, Conservateur en chef du Patrimoine à la Cité de l’Architecture et du Patrimoine, et l'un des meilleurs connaisseurs de l'œuvre de Paul Belmondo.

Après avoir chaleureusement remercié l’ensemble des personnes présentes et avoir exprimé toute leur gratitude pour la restauration de l’œuvre de leur père, Muriel, Paul et Jean- Paul Belmondo ont été invités à prendre le verre de l’amitié dans le patio où une exposition éphémère des œuvres du sculpteur était installée.

Parmi les invités, deux artistes de renom nous accompagnaient de leur présence amicale : l’acteur Charles Gérard et l’actrice Pascale Petit.

Rayonnant au milieu de ses nombreux fans, Jean-Paul Belmondo s’est très naturellement et très gentiment prêté à une longue séance improvisée de selfies, prouvant s’il le fallait qu’il était définitivement Le Magnifique dans le cœur de tous.


Alain Sarfati, président de l'Université Paris-Sud, a dévoilé la restauration de l'oeuvre. © UPSUD

Paul Belmondo (1898-1982) est un des grands représentants de la sculpture française néo-classique du 20eme siècle. Formé aux Beaux-Arts d’Alger puis de Paris, il acquiert une virtuosité qui lui permet d’aborder aussi bien la sculpture de bustes et d’œuvres monumentales que l’art des médailles et du dessin. Son œuvre révèle un attachement à l’observation sensible de la nature humaine. Il ajoute un sens délicat de la grâce à son œuvre inspirée de Rude et de Rodin. Paul Belmondo travaille chaque jour dès sept heures du matin dans son atelier du 77 avenue Denfert-Rochereau à Paris. Sa matinée est généralement consacrée au dessin, prémisse à ses sculptures. Il crée de fins vêtements sur des corps de facture classique et présente parfois ses sculptures en mouvement (La jeune fille en marche, Apollon…). Ce choix esthétique le singularise de la sculpture des années 1930. Célébré par son élection à l’académie des Beaux-Arts en 1960, son art figuratif recevra les honneurs de nombreuses commandes publiques comme l’Apollon du campus d’Orsay. En 2010, le  Musée Paul-Belmondo est inauguré dans une ancienne folie du 18eme siècle, le château de Buchillot à Boulogne-Billancourt, grâce à la donation faite par la famille Belmondo de sa splendide collection d’œuvres du sculpteur. Paul Belmondo est en outre, le père de trois enfants : le producteur de cinéma Alain Belmondo, l'acteur Jean-Paul Belmondo et la danseuse Muriel Belmondo.

Dernière modification le 29 mars 2019