Un nouveau bâtiment pour l'Institut des sciences moléculaires d'Orsay

Par Gaëlle Degrez / Publié le 26 septembre 2018

Le nouveau bâtiment de l’Institut des sciences moléculaires d’Orsay (Université Paris-Sud/CNRS) a été inauguré le 25 septembre 2018 sur le campus de la Faculté des Sciences de l’Université Paris-Sud, par Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Sylvie Retailleau, présidente de l’Université Paris-Sud, Antoine Petit, président-directeur général du CNRS et Gilles Bloch, président de l’Université Paris-Saclay.


© M. LECOMPT

L’installation de l’Institut des sciences moléculaires d’Orsay (ISMO) au cœur du quartier du Belvédère sur le plateau de Saclay répond au principal objectif d’une convergence scientifique entre les trois laboratoires fondateurs de l’institut avec comme résultat le rapprochement effectif de ses personnels.

Créé en 2010, de la fusion de trois laboratoires de recherche (1), cet institut supérieur de physique moléculaire et de physicochimie, sous tutelle de l’Université Paris-Sud et du CNRS, emploie 160 collaborateurs.

Les recherches qui y sont menées s’articulent autour de trois grandes thématiques scientifiques : la physique moléculaire et ses applications, les nanosciences ainsi que la physique pour la biologie.

Elles s’appuient sur un socle commun correspondant à deux types d’approches : la photophysique (une grande partie du spectre de la lumière, des rayons X à l’infra-rouge, est utilisée pour sonder la dynamique induite par l’excitation optique des systèmes étudiés) et les imageries : optique et à sonde locale.

La recherche expérimentale de l’ISMO nécessite un parc d’équipements important : lasers, spectromètres, faisceaux de particules, détecteurs multi-canaux, microscopes à effet tunnel et microscopes à super-résolution, expériences installées auprès de lignes de lumière en partenariat avec le synchrotron SOLEIL... Elle est complétée par une activité de nature théorique, qui bénéficie d’accès à des moyens de calcul à la fois internes et externes. Les recherches développées à l’ISMO se trouvent à l’interface de nombreux domaines : astrophysique, chimie atmosphérique, biologie, médecine…

Une force de frappe exceptionnelle dans le domaine de la physique


© M. LECOMPT / UPSUD

« Toute cette structuration est l’aboutissement d’un travail collectif issu de l’engagement de toute une communauté qui a permis la construction d’un projet scientifique et d’un laboratoire de pointe. » s’est félicité la Présidente de l’Université Paris-Sud Sylvie Retailleau. «Ce projet immobilier est fédérateur sur le territoire, pour l’ensemble des laboratoires de physique matière et rayonnement qui seront tous situés dès 2019 sur le petit plateau, non loin des laboratoires de physique de nos partenaires en particulier l’ENS Paris-Saclay, CentraleSupelec et l’Institut d’Optique Graduate School et bien pour les organismes de recherche le CNRS et le CEA. Il constituera une force de frappe exceptionnelle dans le domaine de la physique, déjà historiquement très forte et très présente sur le périmètre Orsay-Saclay. Comme dans beaucoup d’autres domaines, le projet Paris-Saclay, dont le premier objectif est de décloisonner à tous les niveaux, va enrichir et encourager les échanges entre la recherche fondamentale, les problématiques appliquées et enjeux de société, et favoriser ainsi l’innovation technologique et la valorisation. Cela contribuera à renforcer les liens entre recherche et formation, de la licence au doctorat, et permettra de centrer l’étudiant au cœur de l’ensemble de l’offre de formation et de lui proposer des parcours personnalisés. Bien évidemment nous partageons cette volonté d’excellence, de transformation pédagogique et d’accompagnement pour la réussite de tous nos étudiants avec les 2 universités partenaires : UVSQ et UEVE ».


© M. LECOMPT / UPSUD

De son côté, la Ministre Frédérique Vidal s’est déclarée « très heureuse d'inaugurer l'Institut des Sciences Moléculaires d’Orsay, un magnifique site à la hauteur des scientifiques qui occupent cette UMR associée au CNRS et à l’Université Paris-Sud qui travaillent à l’interface de nombreux domaines porteurs d'innovation : chimie, physique, biologie, médecine, alors même que les interfaces sont au cœur de la science du XXIe siècle »

La matinée s’est poursuivie par la conférence de presse de rentrée étudiante de la Ministre Frédérique Vidal qui s’est tenue dans un amphithéâtre du Laboratoire de Physique des Solides (Université Paris-Sud/CNRS) (2). 

Notes :

1. le Laboratoire de Photophysique Moléculaire [LPPM (UPR3361)], le Laboratoire des Collisions Atomiques et Moléculaires [LCAM (UMR8625)] et le Laboratoire d’Interaction du rayonnement X avec la Matière [LIXAM (UMR8624)].

2.http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/pid38156/conference-presse-rentree-etudiante-2018.html

 

Le nouveau bâtiment de l’ISMO a été réalisé par l’agence d’architecture néerlandaise KAAN Architecten, en association avec l’agence parisienne FRES architectes. Il est composé de deux parties : l’une, côté nord, accueille les lasers, spectromètres et autres instruments scientifiques de pointe, qu’il vaut mieux préserver de la lumière directe du jour, tandis que l’autre partie, exposée au sud, est composée de salles de réunion et de bureaux propices à la concentration des usagers.
En plus de la recherche en laboratoire et du traitement de données, le bâtiment offre également un espace dédié à l’enseignement avec un amphithéâtre suspendu au-dessus de l’atrium aux troisième et quatrième étages.

Plus d’information à propos de la recherche, l’enseignement et le bâtiment relatifs à l’ISMO
- sur le Centre de physique matière et rayonnement : http://www.u-psud.fr/fr/universite/vers-luniversite-paris-saclay/le-projet-de-l-universite-paris-sud-dans-le-campus-paris-saclay/lecentre-de-physique-matiere-et-rayonnement.html
- sur l’ISMO et son projet immobilier : http://www.ismo.u-psud.fr/

Dernière modification le 26 septembre 2018