Décès du Professeur Thomas Tursz, éminent cancérologue

Par les Professeurs Karim Fizazi et Jean-Charles Soria / Publié le 2 mai 2018

L’Université Paris-Sud vient de perdre l’un des esprits les plus brillants de la cancérologie mondiale : le Professeur Thomas Tursz nous a quittés ce vendredi 27 avril à l’âge de 71 ans.


Thomas Tursz. © IGR

Thomas était né à Cracovie en 1946 et son père était le médecin du ghetto de Varsovie. Après l’Internat des Hôpitaux de Paris réussi en 1969, Thomas a très vite été attiré par la médecine interne et la cancérologie. Il a été nommé Professeur de Cancérologie (section 47-02) dès 1986 au sein de l’Université Paris-Sud. Brillant médecin et scientifique, il a été directeur de l’Unité CNRS ‘Biologie des tumeurs’ de 1984 à 1996, et chef du service d’oncologie médicale puis chef du département de médecine oncologique de Gustave Roussy de 1986 à 1994. Il a été nommé Directeur Général de l’Institut Gustave Roussy en 1994, poste qu’il a occupé pendant 16 ans jusqu’à septembre 2010. Il a également présidé la Fédération Nationale des Centres de Lutte contre le Cancer (UNICANCER) de 2004 à 2010. Thomas a fondé en 1999 l’Ecole Doctorale de Cancérologie au sein de l’Université Paris-Sud, seule Ecole Doctorale thématique consacrée au cancer en France. Il en a été le Directeur de 1999 à 2010.

La carrière scientifique de Thomas a été extrêmement prolifique avec presque 300 publications dans des revues à comité de lecture international référencées dans PubMed (en particulier dans Nature, Science, PNAS, New England Journal of Medicine, Lancet, et Journal of Clinical Investigation).

Il a été l’un des acteurs clés dans la description du rôle oncogènique du virus d’Epstein Barr. En oncologie médicale, il aura été un véritable visionnaire ayant développé le premier l’immunothérapie anti-tumorale, la thérapie génique et la médecine de précision. Il a notamment créé le consortium WIN pour développer au niveau mondial cette médecine de précision. Il a profondément contribué au rayonnement international de Gustave Roussy par sa capacité exceptionnelle à identifier et attirer les meilleurs talents, tout en menant une restructuration puis une modernisation de l’institution. De nombreux prix internationaux lui ont été décernés et attestent de sa carrière hors du commun : le Prix de Cancérologie de la Ligue Nationale du Cancer en 1979, la Bernard-Halpern Immunology Award en 1983, le Prix de Cancérologie de l'Académie des Sciences en 1988, le Prix du Rayonnement Français en 2001, le Rosen Oncology Award (Medical Research Foundation) en 1989, le Grand Prix de Cancérologie de l’Académie de Médecine en 1992, puis le très prestigieux Hamilton Fairley Award for Clinical Research de la Société Européenne d’Oncologie Médicale (ESMO) en 1998. Thomas Tursz a été fait Chevalier puis Officier dans l’ordre de la Légion d’honneur en 2001 et 2014.

Au-delà de tous ces accomplissements médico-scientifiques, Thomas a surtout été pour beaucoup d’entre nous un modèle d’intégrité, d’intelligence et de générosité. Sa devise « réconcilier Science et Humanité » résume parfaitement l’exigence intellectuelle et humaine qui a guidé toute son œuvre en cancérologie au sein de l’Institut Gustave Roussy et au delà. Nous perdons un immense modèle et un très grand ami.

Dernière modification le 2 mai 2018