Une symphonie en amphi

Par Olivier Kahn / Publié le 8 mars 2017

Le 11 mars prochain, l’amphi Cartan se transformera à nouveau en salle de concert pour accueillir l’Orchestre symphonique du campus d’Orsay (OSCO) avec un programme qui fera la part belle à un compositeur français un peu oublié, Fernand Gustave Halphen, et la participation exceptionnelle du violoniste Gabriel Tchalik.

Fondé en 1976, l’Orchestre Symphonique du Campus d’Orsay (OSCO) organise chaque année une douzaine de concerts de grande qualité interprétés par plus de 70 musiciens amateurs, sous la houlette du chef d’orchestre Martin Barral. En 2013, l’orchestre avait réalisé le premier enregistrement mondial de l’oratorio Ruth de César Franck. L’Orchestre vient de sortir un nouveau CD consacré à Camille Saint-Saëns. A cette occasion, il a invité le violoniste virtuose Gabriel Tchalik pour interpréter le Concerto pour violon n° 3 du compositeur français.

Une musicalité raffinée

Issu d’une famille franco-russe, Gabriel Tchalik s’est nourri de ces deux cultures. Sa formation musicale a d’abord commencé en Russie puis s’est poursuivie en France au Conservatoire de Versailles où il a obtenu la médaille d’or et un prix de perfectionnement.

Plutôt que d'intégrer un établissement supérieur de musique, il fait le choix d'un cadre plus libre qui lui a permis de se forger un répertoire musical vaste et personnel et de se consacrer à des études de philosophie à la Sorbonne. Tout au long de son parcours, il a diversifié son répertoire en interprétant les concertos classiques du violon mais également des œuvres contemporaines inédites et de musique de chambre.

La musique est une affaire de famille chez les Tchalik puisque Gabriel joue en duo avec son frère pianiste depuis de nombreuses années et a fondé avec ses autres frères et sœurs le Quatuor et le Quintet Tchalik. Gabriel Tchalik a enregistré trois disques parus chez Evidence Classics / Harmonia Mundi : les 24 Caprices pour violon seul de Pietro Antonio Locatelli, l’œuvre complète pour violon de Boris Tishchenko (1939-2010) et Europe 1920, un album regroupant les sonates pour violon de Respighi, Janacek, Lyatoshinsky, et Ravel.

Il aura l’occasion de combler le public avec ce Concerto composé par Saint-Saëns pour le violoniste virtuose Pablo de Saraste, une œuvre qui permet fréquemment au soliste d’afficher ses prouesses techniques, mais qui nécessite aussi une musicalité raffinée.

Redécouverte d’œuvres méconnues

Après avoir joué et enregistré Ruth, oratoriode César Frantz, l’Orchestre symphonique du campus d’Orsay continue son travail de redécouverte d’œuvres méconnues avec la symphonie en ut mineur de Fernand Gustave Halphen.

Dès son plus jeune âge, ce dernier avait côtoyé le milieu artistique. Un certain Gabriel Fauré venait lui donner des leçons particulières. De ce maître à penser, Halphen garda un côté intimiste, raffiné et délicat, qu’on retrouve notamment dans ses nombreuses mélodies et sa musique de chambre.

Au Conservatoire, il eut de nombreux professeurs prestigieux dont Jules Massenet auprès duquel il acquit un grand sens de l'instrumentation qui lui permit de produire des œuvres orchestrales très réussies.

La carrière de Fernand Gustave Halphen connut un tournant tragique avec la guerre de 14-18 puisque le compositeur mourut à l’âge de 45 ans des suites d’une maladie contractée sur le front. L’œuvre que l’OSCO interprètera le 11 mars est l’unique symphonie composée par Halphen. Sa dernière exécution connue eut lieu en 1930. Le manuscrit de la symphonie est conservé à l’Institut Européen des Musiques Juives, avec les parties instrumentales séparées (manuscrites) nécessaires à son exécution, mais ce matériel n’a jamais été édité, ce qui en limite évidemment la diffusion.

Durant la soirée, l’orchestre interprétera également l’ouverture de Masques et bergamasques de Gabriel Fauré, un hommage musical au monde des fêtes galantes du XVIIIe siècle. Difficile de ne pas penser aux tableaux de Watteau dont Paul Verlaine s’était inspiré pour composer les poèmes de Fêtes galantes, ouvrage dont est parti René Fauchois pour écrire le livret de de Masques et bergamasques.

Informations pratiques :
Samedi 11 mars, à 20h30, à l’Amphithéâtre Henri Cartan (Bât. 427), sur le Campus d’Orsay.
Places : 13 € - 10 € (en prévente) - 5 € (étudiants) - Gratuit pour les moins de 12 ans
Billets sur place, au CESFO, à l’office du Tourisme d’Orsay et sur www.billetreduc.com
Infos : http://orchestre-orsay.fr

Dernière modification le 8 mars 2017