Harcèlements : l’Université dit stop !

Par Gaëlle Degrez / Publié le 28 novembre 2017

L’Université Paris-Sud vient de consacrer une semaine de prévention et d’information face au harcèlement. Au programme des actions flashs ainsi qu’une pièce de théâtre interactive pour toucher tout le monde, faire agir et réagir.


L'intervention de la compagnie de théâtre De(s)morce(s) à l'Université Paris-Sud. © UPSUD

Le harcèlement sexuel a fait récemment et fait encore l’objet d’une large couverture médiatique. Hasard du calendrier, l’Université Paris-Sud avec ses partenaires de l’Université Paris-Saclay avait programmé du 20 au 24 novembre, une semaine dédiée pour dire non au harcèlement. Une semaine pour parler, sensibiliser, prévenir parce que le harcèlement est l’affaire de toutes et tous.

En effet, selon les résultats de l’enquête sur le harcèlement sexuel au travail menée en 2014 pour le compte du Défenseur des Droits, 1 femme sur 5 a dû faire face au cours de sa vie professionnelle à une situation de harcèlement sexuel. Près de 3 victimes sur 10 indiquent ne s’être confiées à personne. Plus frappant encore 100% des utilisatrices des transports en commun en France ont été victimes au moins une fois de harcèlement sexiste ou d'agressions sexuelles. Les établissements d’enseignement supérieur ne sont évidemment pas à l’abri ni du harcèlement sexuel ni des violences sexistes ou homophobes.

Une préoccupation majeure de notre Université

C’est pourquoi « le harcèlement est une préoccupation majeure, délicate, insupportable et difficile à gérer. Il s’agit pour l’Université d’un axe fort de notre politique d’établissement en faveur de la Vie universitaire qui doit traduire nos valeurs et notre engagement auprès de nos personnels et de nos étudiants » a tenu à rappeler la Présidente de l’Université Paris-Sud, Sylvie Retailleau, en ouverture de la pièce de théâtre Silences complices qui se jouait le 23 novembre. « Nous avons réuni la mission « égalité des sexes », les actions en faveur du handicap, de la promotion sociale et de la solidarité au sein d’un pôle plus large et délibérément inscrit dans nos axes stratégiques d’établissement en pôle « Egalité des chances » a -t-elle précisé.


Anaïs Buhuon, lors de son intervention préalable à la pièce de théâtre lors de la semaine de lutte contre le harcèlement. © M. LECOMPT / UPSUD

Tout au long de la semaine, une troupe de théâtre est ainsi intervenue dans de nombreuses composantes de l’Université, lors de cours en amphithéâtre ou dans des lieux de vie universitaire (restaurants universitaires, maison des étudiants). Des interventions chocs et surtout surprises de la compagnie des Z’ôtesses ont permis d’interpeller et d’éveiller les consciences sur un sujet qui doit tous nous concerner.
« Cela a été un vrai succès. Les réactions à ces interventions ont été très positives, à quelques rares exceptions près qui montrent justement que cette campagne de sensibilisation a toute son utilité » note Anaïs Bohuon, Chargée de mission Égalité Homme-Femme auprès de la Présidente de l'Université Paris-Sud et porteuse de l’initiative de cette semaine contre le harcèlement.

Au programme également, la communauté universitaire de Paris-Sud était invitée à participer à une séance de Théâtre-Forum "Silences Complices" sur les violences sexistes et sexuelles proposée par la Cie De(s)morce(s). Pendant près de deux heures, les comédiens ont reproduit sur scène des situations de harcèlement sexuel au travail tout en permettant au public d’intervenir à tout moment pour essayer de changer les choses. Une tâche plus facile à imaginer qu’à réaliser sur le moment dans une situation de harcèlement. « Nous avons choisi de programmer ce spectacle original car il nous a semblé que c’était une manière efficace d’appréhender la prévention des violences sexistes et sexuelles au travail et d’impliquer les participant-e-s dans des situations concrètes, grâce au recul de l’outil théâtral » explique Anaïs Bohuon. Visiblement avec succès vus les échos du public à la sortie du spectacle.

Pour que les choses bougent !

« Il est important de souligner que cette semaine spéciale s’inscrit dans une vraie continuité : celle de veiller et œuvrer à ce que l’égalité sous toutes ses formes soit au centre de nos préoccupations. Alerter, interpeller est notre devoir » rappelle la chercheuse. Mais notre action ne s’arrête pas là. Nous sommes actuellement en train de travailler à la mise en place d’une cellule de veille sur le harcèlement pour les étudiantes et les étudiants au sein de Paris-Sud. « Un guide d’information sur le harcèlement sexuel a été produit de façon collégiale avec nos partenaires de l’Université Paris-Saclay et est actuellement distribué dans nos composantes. »

Comme l’a souligné la Présidente de l’Université en s’adressant aux personnes présentent lors de la représentation de théâtre : « vous êtes les éléments d’une chaîne de soutien et de solidarité que je salue et que je souhaite soutenir au plus haut niveau. La démocratie commence avec le respect de l’autre et l’autre, c’est moi, c’est vous, c’est nous tous ».

Contact : Anaïs Bohuon, Chargée de mission Égalité Homme-Femme auprès de la Présidente de l'Université Paris-Sud - anais.bohuon @ u-psud.fr

En cas de harcèlement sexuel, ce guide réalisé par l'Université Paris-Saclay essaie de fournir informations et contacts aux personnes victimes : télécharger ce livret

Plus de ressources sur le site de l’Université Paris-Saclay : https://www.universite-paris-saclay.fr/fr/evenement/harcelements-parlons-en

Dernière modification le 28 novembre 2017