Un centre de langues sur le plateau du Moulon

Par Marie Beuneu / Publié le 11 juillet 2016

A la rentrée 2017, un centre de langues mutualisé entre l’Université Paris-Sud, l’école CentraleSupélec et l’ENS Cachan ouvrira sur le plateau du Moulon. Il permettra entre autres de mutualiser une partie de l’offre pédagogique, de développer des services innovants et d’être un lieu de vie et d’intégration pour les étudiants étrangers et français. Entretien avec Carmel Keane-Davies, enseignante d’anglais à l’UFR Sciences de l’Université Paris-Sud.


Carmel Keane-Davies. © DR

Quels sont vos responsabilités et votre parcours ?

Originaire d’Irlande, je vis en France depuis 25 ans et j’enseigne l’anglais à l’UFR Sciences de l’Université Paris-Sud depuis 2000. Entre 2008 et 2012, j’ai été directrice du Service des langues de l’UFR. C’est pendant cette période qu’on m’a sollicitée pour représenter l’Université Paris-Sud en travaillant avec l’école Centrale, Supélec et l’ENS Cachan, sur une mutualisation autour de l’enseignement des langues entre nos établissements. A la fin de mon mandat comme directrice du service de langues à l’UFR des Sciences, j’ai poursuivi cette mission. Sur ce sujet, je collabore également au sein de Paris-Sud, avec Andrew Pearson, enseignant d’anglais à l’UFR Pharmacie de l’Université Paris-Sud.

Comment s’est mis en place le projet de centre de langues ?

L’enseignement des langues est une question transversale aux établissements d’enseignement supérieur : la mission de former en langue des spécialistes d’autres disciplines est en effet commune aux universités et aux grandes écoles. L’idée de mutualiser l’offre pédagogique s’est donc naturellement imposée dans le cadre de l’Université Paris-Saclay, et en particulier entre établissements voisins sur le plateau du Moulon : Université Paris-Sud, CentraleSupélec, ENS Cachan. Au sein de l’Université Paris-Sud, trois composantes sont concernées par le centre de langues : l’UFR Sciences, l’UFR Pharmacie et Polytech Paris-Sud. Les services des langues de ces établissements ont travaillé ensemble sur le sujet, et les discussions très intéressantes qui ont eu lieu ont débouché sur un document cadrant un projet de « consortium Langues du Moulon ». Ce document proposait la création d’un centre de langues regroupant des enseignements propres aux établissements comme des prestations et des services mutualisés.

Quels sont ses objectifs ?

L’Université Paris-Saclay affiche son ambition d’attirer des étudiants étrangers plus nombreux. Nous souhaitons que ce centre de langues soit un lieu de rencontre, de vie et d’intégration pour les étudiants étrangers comme français. Mutualiser l’offre pédagogique au sein du centre de langues permettra également de l’optimiser et de développer des services innovants et variés. Enfin, sa localisation centrale dans le quartier du Moulon permettra d’accompagner l’arrivée d’étudiants sur le plateau de Saclay dans les années à venir, avec notamment le futur bâtiment d’enseignement de la physique et le pôle Biologie – Pharmacie – Chimie.

En quoi consistera le centre de langues ? Quels prestations et services proposera-t-il ?

Les établissements conservent en propre l’enseignement des langues obligatoires dans leur cursus. Ces formations auront lieu au centre des langues, à l’exception de celles de l’ENS Cachan. En ce qui concerne l’UFR des Sciences, l’offre pédagogique sera répartie entre le plateau du Moulon et le campus vallée d’Orsay-Bures. Les enseignements en langues de l’UFR Sciences (doctorants, M1 et M2, L3 en physique et en informatique), de l’UFR Pharmacie et de Polytech Paris-Sud seront dispensés au sein du centre des langues du Moulon. Les enseignements restants de l’UFR Sciences (L1 et L2, étudiants en mathématiques, L3 en chimie et biologie) auront lieu dans un nouveau centre de langues installé à terme dans le bâtiment 425.

De plus, le centre de langues du Moulon accueillera plusieurs enseignements et services partagés. Ainsi, les formations en Français Langue Etrangère (FLE), en langues MODIMES (langues Moins Dites et Moins Enseignées) et en anglais scientifique avancé seront mutualisées entre l’Université Paris-Sud, CentraleSupélec et l’ENS Cachan, permettant ainsi de former des groupes de niveau plus adaptés. D’autres projets sont prévus au programme, notamment des prestations déjà mises en place par certains établissements mais qui seront généralisées : des tandems, permettant à deux étudiants d’origine différente d’échanger oralement, des séances de conversation par des tuteurs étudiants dans leur langue maternelle, des modules de renforcement, une préparation pour partir à l’étranger…  Un pôle d’animation culturelle permettra d’organiser des activités comme des ateliers de débats en langue étrangère, des pièces de théâtre, la projection de films… Enfin, le centre de langues devrait proposer de l’aide et des outils de mise à niveau pour la préparation de certifications en langues.
Le programme n’est pas arrêté. Il pourra s’adapter, au fur et à mesure, aux étudiants comme aux enseignants que le centre de langues accueillera.

Comment sera organisé concrètement le centre de langues ?

Pour des raisons budgétaires, le centre de langues sera hébergé au sein du bâtiment A de l’école CentraleSupélec actuellement en construction. Disposant de sa propre entrée, il s’articulera sur deux étages, au troisième et quatrième niveau du bâtiment. Il comprendra 57 salles de classe dédiées spécifiquement aux langues avec l’équipement nécessaire, notamment pour la projection de vidéo et de son. Il abritera également un centre de ressources proposant de la documentation, des revues en langue étrangère, des postes de travail informatiques…  Le centre de langues disposera, enfin, d’un petit amphithéâtre, de cabines de répétition pour corriger les problèmes de prononciation, d’espaces de travail et d’une cafétéria. Le troisième étage du bâtiment accueillera le centre de ressources, la cafétéria et quelques salles, tandis que le restant des salles de classe se situera au niveau supérieur.

Comment sera-t-il géré ?

Le centre de langues sera géré par un travail commun des services des langues des trois établissements utilisateurs. Depuis le lancement du projet, les échanges entre nous sont très cordiaux et fructueux et nous avons pris l’habitude de travailler ensemble. La gestion des espaces et services mutualisés reste à arrêter, mais une personne dédiée se chargera probablement du centre de ressources.

Où en est le projet ? Quelles sont les étapes à venir ?

Le projet immobilier avance régulièrement, et la rentrée est prévue pour septembre 2017 ou 2018, en même temps que celle de l’école CentraleSupélec dans ses locaux neufs. L’emménagement dans le centre de langues de la vallée, au sein du bâtiment 425, est attendu pour la rentrée 2018. En ce qui concerne les étapes à venir, nous travaillons toujours sur le programme qui n’est pas figé et qui est amené à évoluer. En ce qui concerne l’UFR des Sciences, nous aurons également deux déménagements à préparer.

Il est à noter qu’une réflexion plus large sur l’enseignement des langues au sein de l’Université Paris-Saclay est également en cours. Un groupe de travail a été mis en place autour de cette question il y a plus de deux ans ; il a débouché sur le dispositif LINkS (langue et interculturalité Saclay) qui vise à fédérer les établissements et leurs enseignants en langues, à proposer des dispositifs et outils aux étudiants et à promouvoir l’interculturalité. J’assiste Vera Mihailovich-Dickman, chargée de mission LINkS à l’Université Paris-Saclay, dans le pilotage de ce projet.

Mutualisé entre l’Université Paris-Sud, CentraleSupélec et l’ENS Cachan, le centre de langues sera situé dans le bâtiment A du nouveau campus de CentraleSupélec. Conçu par l’agence OMA, ce projet de 43 000 m² est actuellement en cours de construction sur le plateau du Moulon. Il est attendu pour la rentrée 2017.

Dernière modification le 11 juillet 2016

Le centre de langues en images

Futur bâtiment A de CentraleSupélec. © OMAIntérieur du centre de langues. © OMAExtérieur de nuit. © OMA