ISMO : un nouveau départ

Par Anaïs Vergnolle / Publié le 14 novembre 2016

Courant 2017, l’ensemble des équipes de l’Institut de Sciences Moléculaires d’Orsay - ISMO (UPSud/CNRS) emménagera dans son nouveau bâtiment, situé dans le quartier du Belvédère. À cette occasion, le Service de Création audiovisuelle d’Orsay a réalisé un webdocumentaire qui présente les activités du laboratoire.

Découverte interactive de l’ISMO

L’ISMO est officiellement né en 2010, de la fusion de 3 laboratoires créés à partir d’équipes qui avaient rejoint Orsay dans les années 60 : le Laboratoire de Photophysique Moléculaire, le Laboratoire des Collisions Atomiques et Moléculaires et le Laboratoire d’Interaction du rayonnement X avec la Matière.

La recherche effectuée à l’ISMO repose sur 3 grands axes : la photophysique moléculaire, les nanosciences et la biophysique et le biomédical, croisant recherche théorique et expérimentale. A travers une série de courts-métrages tournés dans les équipes de recherche et les services techniques, le webdocumentaire présente ces différentes thématiques et revient sur les motivations du futur déménagement. Photos, animations et interviews de chercheurs et d’ingénieurs à l’appui, la vidéo propose d’entrer dans le quotidien de l’Institut et plus généralement, de découvrir la vie d’un laboratoire de recherche. 

Voir la vidéo en plein écran

L’ISMO au cœur du CPMR

Encore installé sur plusieurs sites du campus d’Orsay, l’ISMO se regroupera dans quelques mois dans le nouveau bâtiment 520, où il rejoindra les laboratoires FAST (Fluides, Automatique et Systèmes Thermiques), LAC (Laboratoire Aimé Cotton), LPS (laboratoire de Physique des Solides) et LPTMS (Laboratoire de Physique Théorique et Modèles Statistiques) au sein du CPMR (Centre de Physique Matière-Rayonnement).

La création du Centre de Physique Matière et Rayonnement a pour objectif de renforcer les interactions et les collaborations. Il offrira aux physiciens un lieu de vie favorisant les échanges scientifiques et conjuguant recherche et enseignement. Il permettra également de développer des projets de recherche communs et d’installer des dispositifs expérimentaux mutualisés. Comme le souligne son directeur Bernard Bourguignon dans le webdocumentaire, l’ISMO fait partie intégrante de cette opération : « Notre arrivée au CPMR a une logique scientifique. Nous assistons aujourd’hui à un décloisonnement et une convergence des disciplines. Nous avions donc besoin d’un nouveau lieu pour réunir l’ensemble du laboratoire afin de favoriser les échanges scientifiques et mutualiser les compétences et les moyens. Cette vie collective va nous permettre de bâtir une vraie stratégie scientifique partagée ».

Dernière modification le 14 novembre 2016