La qualité environnementale au cœur des projets de Paris-Sud

Par Marie Beuneu / Publié le 27 novembre 2015

Quatre projets de construction ou de rénovation de bâtiments de physique, portés par l’Université Paris-Sud, ont récemment obtenu un premier niveau de certification de hautes qualités environnementales.


Le futur bâtiment dédié à l'enseignement de la physique. © Du Besset/Lyon

Le développement en cours du Campus Paris-Saclay repose sur une stratégie Éco-territoire partagée entre les établissements et  l’Établissement public Paris-Saclay (EPPS), démarche qui s’attache à respecter de grands principes environnementaux tels que, par exemple, la maîtrise de l’eau, la transition énergétique ou la gestion des déchets. Les deux zones d’aménagement concerté (ZAC) sont ainsi engagées dans un processus de labellisation Éco-quartier. Dans ce cadre, l’Université Paris-Sud porte au cœur de ses projets immobiliers l’exigence environnementale, et s’inscrit dans une démarche de certification haute qualité environnementale (HQE).

Quatre bâtiments du Centre de Physique Matière et Rayonnement (CPMR) viennent ainsi d’obtenir le premier niveau de certification HQE.

La certification HQE se base sur un ensemble d’objectifs posés depuis la programmation, puis à la conception, prenant en compte l’ensemble de l’impact environnemental d’un projet, de son élaboration à sa fin de vie, y compris pendant les travaux. La qualité environnementale du projet est analysée à travers quatorze « cibles » ou objectifs au sein de quatre grands thèmes : éco-construction (relation du bâtiment avec son environnement, chantier à faible impact…), éco-gestion (gestion de l’énergie, de l’eau, des déchets…), confort (acoustique, visuel…) et santé (qualité sanitaire des espaces, de l’air, de l’eau). Pour obtenir la certification, le bâtiment doit atteindre au minimum trois cibles au niveau très performant, quatre cibles au niveau performant et sept cibles au niveau de base. Les projets sont évalués au cours de trois phases : la programmation, la conception, puis la réalisation.

Le 25 septembre 2015, trois des projets du CPMR (Rassemblement FAST – LPTMS – Institut Pascal, Bâtiment d’enseignement de la physique, Laboratoire Aimé Cotton), ont reçu la certification NF HQE Bâtiments Tertiaires* pour leur conception, au niveau « très bon ». Le Laboratoire de Physique des Solides a, lui, obtenu la certification NF HQE Bâtiments Tertiaires* pour sa phase programmation mais également conception, au niveau « excellent ».

Obtenir un label repose sur un niveau d’exigence important. L’Université Paris-Sud, déjà très engagée dans des démarches qualité et certifiée ISO 9001 pour ses activités de formation continue et pour ses écoles doctorales, confirme par cette nouvelle certification sa volonté d’introduire des démarches vertueuses dans ses actions et projets.


Carte représentant la future organisation des bâtiments d'enseignements et de recherche sur le plateau de Saclay où l'Université Paris-Sud est associée. © Saison menu architectes urbanistes

* L'opération est certifiée par Certivéa, organisme accrédité COFRAC. Certivéa bénéficie d'une accréditation n°5-0054, délivrée par le COFRAC, Certification de Produits et Services.

Centre de Physique Matière et Rayonnement
Situé sur le plateau du Moulon, le Centre de Physique Matière et Rayonnement, centre majeur de physique moléculaire et physique de la matière condensée (solide et fluide) de l’Université Paris-Saclay, regroupe : le laboratoire Fluides, Automatique et Systèmes Thermiques (FAST) ; le Laboratoire de Physique Théorique et Modèles Statistiques (LPTMS ; le Laboratoire de Physique des Solides (LPS) ; le Laboratoire Aimé Cotton (LAC) ; l’Institut Pascal (IPa) ; le bâtiment d’enseignement de la physique. Cet ensemble scientifique et immobilier, dont chaque entité a parmi ses tutelles  l'Université Paris-Sud, relève du Plan Campus, et complète une première phase initiée par la construction de l’Institut des Sciences Moléculaires d’Orsay (ISMO).

Dernière modification le 27 novembre 2015