Disparition de Michel Claret

Par les membres du laboratoire "Interactions cellulaires et physiopathologie hépatique" / Publié le 2 février 2015

Les membres du laboratoire "Interactions cellulaires et physiopathologie hépatique" (UMR-S 1174 – UPSud/CNRS) de l'Université Paris-Sud sont en deuil. C'est en effet avec beaucoup d'émotion que nous avons appris la disparition de Michel Claret.

Michel Claret
Michel Claret

Directeur de recherche au CNRS, en retraite depuis 12 ans, Michel était reconnu au niveau international comme un des meilleurs spécialistes de la signalisation calcique. Son intuition scientifique lui avait en effet permis d'être parmi les premiers à s'intéresser à l’homéostasie cellulaire du calcium, en identifiant les réserves intracellulaires et en mesurant le calcium libre qui sert de messager intracellulaire. Son enthousiasme naturel, associé à sa personnalité très entreprenante, lui ont permis de créer en 1984 à la Faculté des Sciences d'Orsay, l'unité Inserm "Physiologie et pharmacologie cellulaire" qu'il a dirigée jusqu'en 1996 et qui perdure encore aujourd'hui.

Au sein de l'Université Paris-Sud, Michel a aussi fédéré plusieurs laboratoires travaillant dans le domaine de la signalisation cellulaire pour créer l'IFR 46 "Structure et. Dynamique des Signaux Cellulaires" qu'il a dirigé de 1996 à 2000.

Au cours de ces années, Michel Claret a accueilli dans son laboratoire de nombreux étudiants ou chercheurs français et étrangers. Tous peuvent témoigner que dans son laboratoire, Michel Claret savait imposer un mode de fonctionnement, une ambiance particulière, délaissant les pesanteurs de la hiérarchie, donnant la priorité à la science, à l'envie de faire de la science avec rigueur et bonne humeur. Michel Claret faisait ainsi partie de ces chercheurs qui marquent leurs collaborateurs par l'investissement et l'implication qu'ils mettent à transmettre une passion.

Nous sommes nombreux à avoir construit notre carrière scientifique en suivant les directions et les impulsions données par Michel Claret. Il connaissait les orientations qu'il fallait prendre et avait un talent exceptionnel pour nous convaincre de le suivre dans les voies qu'il avait tracées. Il savait aussi créer les conditions de liberté propices à la créativité, si importante pour faire avancer un projet de recherche.

Michel Claret est parti dimanche 4 janvier. Celles et ceux qui l’ont côtoyé souhaitent poursuivre son œuvre dans le même esprit de rigueur et d'enthousiasme, ainsi qu’avec cette humanité chaleureuse qui le caractérisait si bien.

Dernière modification le 5 février 2015