Le Big Bang du Data Bang

Par Olivier Kahn / Publié le 21/02/2019

A l’aube du Data Bang, comment allier quantité de données et qualité de leur valorisation ? Comment pseudo-sciences et complotisme se sont-ils retrouvés sur un pied d’égalité avec la connaissance scientifique ? Et comment, malgré cela, reconstruire une chaîne efficace de transmission des savoirs et construire de nouveaux savoirs ? Décryptage avec Raphaël-David Lasseri, docteur de Paris-Saclay ayant préparé sa thèse à l'Institut de Physique Nucléaire d'Orsay (Université Paris-Sud, CNRS). 


Raphaël-David Lasseri lors de son intervention. © DR

Avec le Data Bang, nous pouvons tous virtuellement accéder à une quantité phénoménale d’informations et de données mais vous vous demandez si nous sommes bien armés face à cette abondance de données ?

Tout à fait. Ces informations ne sont pas structurées. Un premier biais tout naturel consiste à confondre corrélation et causalité. Le site internet Spurious Correlation s’amuse, par exemple, à rapprocher des données qui n’ont rien à voir entre elles, à l’exception qu’elles fournissent des courbes d’évolution presque similaires. Il existe ainsi un lien de corrélation entre les dépenses des Etats-Unis sur les sciences, l’espace et la technologie et le taux de suicides par pendaison, strangulation et suffocation. Il semble cependant impossible de faire un lien de causalité entre ces deux données : l’augmentation du nombre de suicides par pendaison ne dépend pas des dépenses technologiques des Etats-Unis !

Que peut-on en conclure ?

Que l’information est différente de la connaissance. Il est important de structurer l’information pour construire le savoir. Or, cette structuration demande des compétences et du temps, et nous ne pouvons pas effectuer ce travail en permanence. Cela pose donc la question de savoir à qui faire confiance. Peut-on déléguer l’esprit critique ? Dans mon intervention, je souligne par une légère provocation qu’il est peu prudent de placer sa confiance en un individu, fût-il chercheur, puisqu’un chercheur, ou même un groupe de chercheurs, est corruptible. En revanche, la recherche et plus largement la démarche scientifique sont incorruptibles. La Science n’est jamais une croyance, ni une question d’opinion.

C’est-à-dire ?

La démarche scientifique met en avant l’importance de la construction du raisonnement. La science fournit d’elle-même des preuves vérifiables, contrairement aux pseudo-sciences. Dans une publication scientifique, il est toujours important de regarder la bilbiographie, les sources sur lesquels s’appuie l’article. Je vous invite, par exemple, à vous rendre sur le site viXra.org qui ressemble beaucoup au site ArXiv.org, outil de prédilection des chercheurs pour rechercher des publications. Mais contrairement à son cousin ArXiv, viXra publie des articles qui ne respectent pas la démarche scientifique. J’y ai par exemple trouvé un article où l’auteur s’appuyait uniquement sur 15 citations… de lui-même. 

La science n’est pas un bloc monolithique : elle repose sur le partage des connaissances, des améliorations du savoir mais aussi la contradiction et le doute qui invitent à refaire des tests. Les sciences reposent sur le socle de la connaissance actuelle qui est loin d’être immuable. Les chercheurs, dans la société, jouent un rôle d’éclaireur.

C’est l’une des raisons qui vous ont poussé à créer Magic LEMP, une structure qui met en avant le rôle majeur des chercheurs dans l'innovation et dans la société ?

Les entreprises et la société en général ne sont plus simplement à la recherche d’expertises ponctuelles pour s’adapter de manière incrémentale, elles ont besoin d’une réelle innovation ambitieuse. Magic LEMP offre une expertise transdisciplinaire qui s’appuie sur les chercheurs. Ces hauts profils académiques allient une connaissance scientifique de pointe, une grande capacité à résoudre des problèmes complexes et à inventer des solutions inédites. Magic LEMP agit donc auprès des entreprises en réalisant des prestations de conseil en recherche et en stratégie, mais permet aussi aux chercheurs de développer un projet qui les intéresse en bénéficiant d’un environnement technique et scientifique fertile, ainsi que d’un soutien logistique, financier, légal. Il ne s’agit donc pas d’une simple valorisation de la recherche mais d’un processus d’accompagnement de bout en bout.

Les entreprises font traditionnellement beaucoup appel aux ingénieurs qui ne travaillent que sur une partie des travaux de développement. Ils vont, par exemple, prendre une partie d’un code pour développer une application sans s’intéresser au cheminement complet qui a pu conduire un chercheur à rédiger ces lignes de code. Je pense donc que les chercheurs doivent devenir le moteur de l’innovation. Ils ont aussi un rôle à jouer pour accompagner l’innovation d’une chaîne de transmission de la connaissance, expliquer comment on arrive à un résultat.

Vous étiez  présent le 27 novembre dernier à TEDx Saclay pour rappeler l’importance que les chercheurs et la recherche scientifique ont dans une société confrontée au « Data Bang », c’est-à-dire à l’explosion des données. Vous terminiez d’ailleurs votre intervention  par un appel aux chercheurs, aux acteurs du secteur privé et au grand public…

J’ai candidaté à TEDx Saclay parce que j’estimais que c’était une bonne plateforme pour diffuser ces idées. J’apprécie particulièrement le fait qu’ils associent des chercheurs à l’événement mais qu’ils fassent également le lien avec le secteur privé et le grand public. A la fin de mon intervention, j’adresse un triple message : aux chercheurs, je dis : « Défendons la connaissance ! », jouons un rôle dans la structuration de ces quantités d’informations. J’invite également les acteurs du secteur privé et les chercheurs à travailler davantage ensemble, à ne pas se limiter à de l’innovation incrémentale qui ne s’intéresserait pas au cheminement d’une recherche dans son ensemble. Enfin, à nous tous, je dis « Soyons curieux, posons-nous des questions » pour ne pas céder aux sirènes de la contre-culture scientifique facile et délétère.

Pour voir ou revoir la vidéo de Raphaël-David Lasserie lors du TedX Saclay du 27 novembre 2018 : https://tedxsaclay.com/editions/data-bang/intervenants/raphael-david-lasseri

Dernière modification le 22 février 2019